DU LABO À LA PHOTO

Photoreportage - Février 2019. À l'Atelier Photo 38, cours Jean Jaurès à Grenoble, Ludovic entretient la nostalgie du film, de la pellicule photo. Il est "photographe-tireur" et connaît les secrets de la chambre noire. Dans le fond de la boutique se cache un petit espace en bazar. De la pièce à peine plus grande qu'une chambre de bonne en plein Paris, émane une atmosphère particulière, un savant mélange d'intimité, de science, de sensibilité et d'art. Le tout, au service des souvenirs.  

Photoreportage - February 2019. At the Atelier Photo 38, cours Jean Jaurès in Grenoble, Ludovic entertains nostalgia for photo film. He is a photographer and knows the secrets of the darkroom. In the back of the store hides a small bazaar space. The room, barely larger than a maid's room in the heart of Paris, emanates a special atmosphere, a clever mix of intimacy, science, sensitivity and art. The whole, at the service of memories.  

1. L'atelier
1. L'atelier

C'est dans cette petite pièce exiguë que Ludovic développe les films photographiques. Situé à Grenoble, l'Atelier Photo 38 réalise également des tirages et développements numériques.

2. La vérification
2. La vérification

Ludovic est photographe-tireur. Avant de débuter le développement, il vérifie le dosage des produits à verser.

3. La cuve et les spires
3. La cuve et les spires

Les films sont disposés autour de spires blanches en plastique, puis déposés dans une cuve opaque, hermétique à la lumière.

4. Le révélateur
4. Le révélateur

Ici, Ludovic prépare la quantité nécessaire de révélateur à verser ensuite dans la cuve hermétique. Ce liquide permet de faire apparaître, en négatif, les images de la pellicule.

5. Le bain d'arrêt
5. Le bain d'arrêt

Une fois l'effet du révélateur terminé, le photographe vide le produit pour en verser un nouveau, le bain d'arrêt. Il s'agit soit d'eau, soit d'un procédé chimique, permettant de stopper l'effet du révélateur. Si le révélateur est laissé trop longtemps, il va surdévelopper le film et créer des négatifs noirs.

6. Le fixateur
6. Le fixateur

La troisième étape consiste à verser le fixateur dans la cuve. Comme son nom l'indique, ce produit sert à fixer pour toujours l'image révélée sur la pellicule photo. Sans cela, elle disparaitrait au fil des ans.

7. Saleté
7. Saleté

Les produits utilisés en photographie argentique sont toxiques. Ils sont maintenus dans des bouteilles opaques pour ne pas que la lumière altère leurs propriétés.

8. Le rinçage
8. Le rinçage

Une fois le fixateur évacué de la cuve, vient l'heure du rinçage. Pendant de longues minutes, l'eau va venir nettoyer les residus de produits présents sur les films. Cela permet de récupérer des pellicules propres et prêtes à être scannées.

9. Les spires
9. Les spires

Ludovic sort enfin les pellicules de la cuve. Les films étaient enroulés autour de spires en plastique pour éviter qu'ils ne se plient et s'abîment.